samedi 6 janvier 2018

Livres et vous ? Livrez-vous... Avec l'auteure Elsa Chapelier !



Mes chers amis, je suis très heureuse de vous retrouver pour ce premier samedi de l'année... Une année qui s'annonce d'ores et déjà chargée en salons et autres rencontres littéraires, ce qui n'est pas pour me déplaire ! Et comme la lectrice déjantée que je suis ne manque décidément pas d'idées et s'échine à repousser ses craintes comme ses limites pour vous satisfaire et se dépasser... Il m'a fallu me réorganiser pour ne pas me voir submergée par ma passion... 
C'est donc la dernière semaine où j'aurai l'occasion de vous livrer deux interviews... Il me fallait dès lors la clôturer en beauté et, comme je vous l'annonçais mercredi dernier, j'ai choisi deux personnes tout à fait spéciales à mes yeux pour m'accompagner avant d'entamer ce nouvel agenda... 
Nathalie, bibliothécaire à la médiathèque du Beauvaisis, cède donc la place à une auteure qui tient une place particulière dans mon cœur... Parce qu'elle a fait partie des premiers à m'avoir fait confiance... Parce qu'elle a fait partie des premiers à me soutenir dans mes folles activités... Parce qu'elle m'a confié la lecture de son roman sans hésiter, le premier d'une longue série je l'espère, et dans laquelle j'attends de pouvoir me plonger avec grande impatience... Voilà longtemps déjà... Dès lors son nom s'est imposé à mon esprit comme à mon cœur de lectrice passionnée... L'évidence même en réalité... Pour ce premier samedi de l'année, il me fallait donc impérativement vous parler d'elle, c'était obligé et décidé d'un commun accord avec moi-même... Seulement je ne lui en avais pas encore parlé... Ma foi, le cœur a ses raisons que la raison ignore, n'est-il pas vrai ?
Je me suis donc lancée, un peu tardivement je le reconnais... Mais c'est sans compter l'incroyable gentillesse de cette charmante auteure qui, bien que débordée, n'a pas longtemps hésité et a bien volontiers relevé mon petit défi littéraire, ce qui m'a bien sûr comblée de bonheur ! Belle et heureuse année qu'ils disaient... Elle commence bien déjà, c'est toujours ça de gagné ! 
Mes amis j'ai donc l'immense plaisir d'avoir pu recueillir les petites confidences littéraires de ma chère Elsa Chapelier, auteure du roman "Naissance d'une étoile" disponible sur Amazon, mais aussi du "Poker amoureux" lisible sur Wattpad
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse donc découvrir ses réponses… Bonne lecture !


Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Elsa, 41 ans... Alsacienne-Londonienne ! Maman de quatre enfants, dont deux ont quatre pattes : trois garçons... Et j’ai la chance d’avoir également une fille, mais c’est un chien ! ;)
Je suis formatrice - j’adore transmettre, même si j’ai momentanément quitté ce rôle...-, ancienne danseuse et guitariste. En des temps reculés j’ai fait de longues études de lettres sanctionnées par de jolis diplômes... Qui dorment quelque part dans un carton.
Je ne peux pas vivre sans la fiction, qui double et densifie ma vie.

Petite ou grosse lectrice ? Quelle place tient la lecture dans ta vie ?
Énooorme ! 😉 On pourrait même dire que je suis même insatiable... Plus jeune je me suis confondue avec la lecture. Je n’étais que mots.
La lecture a toujours tenu la première place dans ma vie... Avant l’écriture, d’ailleurs. Elle est mon amie, mon inspiratrice. Grâce à elle, je suis parcourue de mille vies qui font chanter la mienne.

Quel a été ton premier coup de cœur littéraire ? Et le dernier ?
Les références se bousculent aux portes de ma mémoire… Mes lectures d’enfant m’ont marquée d’une empreinte indélébile. Elles conservent la saveur, la netteté et les couleurs intenses des premières fois. 
Je citerais un texte découvert au CM1, extrait d’une édition jeunesse quelconque : "Plus loin que l’arc-en-ciel", d’un certain Lewis. Soit une petite bande d’animaux extrêmement civilisés qui tentent, entre autres choses, de percer le secret de la mort… J’ai tellement aimé ce texte que je l’ai enregistré sur cassette. Plus de quatre heures d’une bouillie verbale quasi inécoutable, servie par ma voix nasillarde de fillette de huit ans... J’ai longtemps gardé ces cassettes comme un trésor précieux. Et puis le jour où l’instituteur, qui possédait la bibliothèque dans lequel se trouvait ce livre, est parti à la retraite, il m l’a offert... Un des plus beaux cadeaux de toute ma vie !  
Quant au dernier coup de cœur, il est multiple, et va à des œuvres complètes. Quand j’aime un auteur (à la folie), je me love dans tous ses textes qui ne forment plus qu’un grand fleuve de mots que je parcours d’amont en aval et d’aval en amont, retrouvant à partir de quelques mots-notes la puissance de toute une symphonie. Je citerais les œuvres de Tarun Tejpal, Haruki Murakami, Elizabeth Goudge, Laura Kasischke, Sylvain Tesson, Pierre Jourde ou encore Eric Chevillard qui m’accompagnent depuis des années...

Y a-t-il un livre/auteur qui t’a poussée à écrire ? Quel a été ton déclic ? 
La majorité des livres que j’ai pu lire… Même si je ne considère pas qu’une chose est bonne ou intéressante à partir du simple moment où elle est écrite, évidemment. Mais j’ai ce sentiment de m’être toujours dit, face à des pages qui m’émouvaient, que j’aurais voulu les avoir écrites… J’ai beaucoup admiré, je me suis beaucoup inspirée et je ne suis certainement pleinement moi-même qu’à partir du moment où j’accueille en moi toutes les voix qui me traversent. Celles des autres qui se mêlent aux miennes. Être un palimpseste de voix, de mots, est sans doute ce qui se rapproche le plus de mon ambition.
Pour moi, l’écriture a été indissociable de l’apprentissage de la lecture, ce bonheur ! Mais cet apprentissage se faisait par ânonnement et découpage syllabique appuyé… J’ai rapidement trouvé cela parfaitement idiot et eu la capacité de lire sans hachures. De tout déchiffrer. Fière de posséder cette science qui m’avait été inculquée d’un coup, je n’ai dès lors plus cessé de lire. Et j’ai commencé à écrire en parallèle.

Quel livre aurais-tu rêvé d’écrire ?
Je l’ignore... J’ai ce fantasme d’écrire un texte qui soit la somme de mes plus belles découvertes. Capter ce quelque chose d’ineffable… Mais je cours après des mots avec un filet à papillons, et la plupart sont si petits et délicats qu’ils ne cessent de s’échapper par les interstices des mailles du filet... Peut-être sont-ils mieux en liberté... Certains me font néanmoins le plaisir de demeurer quelques instants au creux de ma main et de me livrer parcimonieusement quelques-uns de leurs secrets...
Je pense que "La Recherche..." de Marcel Proust est le projet qui se rapproche le plus de ce que j’aimerais faire. D’autant plus que l’on néglige assez souvent l’énorme potentiel humoristique de cette œuvre, qui en est pourtant bourrée !

Si tu devais comparer ta vie à un roman, lequel serait-ce ?
Je l’ignore encore... Et je songe spontanément, non pas à un roman, mais à une pièce de théâtre : "Les Femmes savantes" de Molière. Qui nous enseigne de manière très facétieuse qu’il est parfaitement inutile de tricher avec ce que l’on est. ^^

Quel est ton livre de chevet ? Et celui qui cale ta bibliothèque ?
Je suis une relectrice de haut niveau, j’adore relire les textes que j’aime. S’ils sont effectivement bons, ils me délivrent à chaque passage un nouveau parfum, un nouvel enseignement. Ils me changent encore. Et j’espère que mon regard les anime également un peu. Mais ils sont trop nombreux pour que je parvienne à en distinguer un. J’ai d’éternels prétendants...!
Quant à celui qui cale ma bibliothèque… Je dirais que certaines lectures imposées (pour les études évidemment, sans même parler du programme d’agrèg, cette bénédiction...) m’ont parfois fait l’effet de pilules indigestes. Ayant un certain sens de l’effort, j’ai tenté de me passionner pour ce qui n’offrait que peu de séduction au premier abord. Mais j’avoue que Les Mémoires du Cardinal de Retz (pour ne citer que lui), m’ont donné du fil à retordre...!

Que nous prépares-tu pour ton prochain roman ?
Plusieurs textes m’occupent, depuis un temps relativement long déjà. Nous nous aimons et nous nous détestons, comme des amants capricieux. Nous nous quittons et nous retrouvons, ce qui est très étrange car, dans la vie quotidienne, je suis plutôt quelqu’un de calme, au tempérament égal... Je ne suis pas encore prête, mais cela mûrit.

Un petit mot pour la fin ?
Merci Aurélie… Pour ta présence toujours pétillante et ton miraculeux sens du service. Tu nous honores. Vraiment.

Voilà donc quelle lectrice se cache derrière cette auteure de talent, dont la plume est aussi sublime que sensible, ce qui se reflète d'ailleurs dans ses réponses tout simplement passionnantes... Je lui serai éternellement reconnaissante d'avoir pris du temps qu'elle n'avait pas pour se soumettre à ce petit exercice littéraire en un temps record et malgré quelques difficultés informatiques, me permettant ainsi de la mettre en lumière sur mon petit blog littéraire, me permettant ainsi de vous parler de cette auteure aussi charmante que sympathique, dont la gentillesse n'a d'égale que sa générosité... Au point que celle-ci vous offrira même un peu de lecture si vous souhaitez découvrir sa plume... Il vous suffit d'un petit message à son attention et la magie opère...

C'est donc à vous de jouer désormais ! Retrouvez Elsa Chapelier sur Twitter juste ICI et retrouvez la version broché de son roman "Naissance d'une étoile" juste ICI ! Et si d'aventure vous souhaitiez plus d'informations, n'hésitez pas à retrouver mes chroniques juste ici : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire