vendredi 5 janvier 2018

Chroniques 2018 \ Depuis l'au-delà de Bernard Werber


De savoureuses retrouvailles avec la famille Wells : "Depuis l'au-delà" de Bernard Werber, publié aux éditions Albin Michel.

Le pitch : Écrivain de romans à suspense ayant peu d'atomes crochus avec la critique, Gabriel Wells se réveille un beau matin... Mort... S'il a été tué dans la nuit, ce dernier aimerait tout de même savoir par qui... Et pourquoi ! Le fantôme qu'il est devenu fait alors la rencontre de la médium Lucy Filipini, elle-même à la recherche de son premier amour... Ces deux-là vont alors faire équipe et enquêter chacun dans leur monde pour mener à bien leurs recherches...

S'il est des rendez-vous qu'on ne peut pas manquer... Chaque nouvelle parution de Bernard Werber en fait décidément partie... Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, j'eus l'agréable surprise de voir mon cher et tendre me l'offrir le jour de ma fête quelques jours après sa sortie... Croyez bien que ce n'est pas l'envie qui me manquait pour attaquer ce bouquin sans délai... Seulement mon planning et ma PAL semblaient s'être ligués contre moi pour m'en empêcher... D'un autre côté, je suis obligée de patienter jusqu'au prochain une fois celui-ci terminé... Cruel dilemme que je viens de trancher durant mes congés !
 
Et c'est avec plaisir que je me retrouve en compagnie d'un membre de la famille Wells pour cette lecture... Bon... Un mort, je vous l'accorde puisqu'il a été assassiné... Mais c'est justement notre postulat de départ... Et de là/delà (Bah oui... Depuis l'au-delà... Oh ça va, je sais, c'est pourri...! ^^) l'auteur nous livre une histoire prenante et captivante. Judicieusement entrecoupé de savoureux extraits de son "Encyclopédie du Savoir relatif et absolu" très à propos mais surtout particulièrement intéressants et enrichissants, l'auteur sait ménager son suspense comme personne, conduisant son lecteur à tourner les pages avec une incroyable ferveur tandis que s'enchaînent les péripéties.
Est-il possible que l'auteur en profite pour régler un ou deux comptes avec la critique littéraire ? C'est fort probable, mais c'est fait avec finesse et élégance, humour et philosophie, poussant le lecteur à s'interroger sur la littérature et ses genres, plus ou moins bien reconnus voire admis dans son giron. Les puristes vous diront peut-être qu'il y a une vraie ou une bonne littérature... Je vous dirai pour ma part qu'il n'y a pas de fausse ou mauvaise littérature... Il n'y a que des livres et leurs lecteurs...
La plume de l'auteur est toujours aussi fluide, agréable, son style soigné et plaisant, au service d'une imagination débordante et fascinante... Un bonheur pour la fan que je suis !
 
En bref, un roman fantastique de la mort qui tue, comme sait si bien écrire Bernard Werber !

1 commentaire: