samedi 21 avril 2018

Livres et vous ? Livrez-vous... Avec la super chroniqueuse Clémence !

 
Si j'ai bien l'intention de ronchonner et bougonner toute la sainte journée, sachez mes chers amis que c'est une question de principe ! On ne prive pas une lectrice passionnée et déjantée comme je le suis d'un Salon littéraire, aussi loin puisse-t-il être ! Je ronge ainsi mon frein en attendant le prochain Salon pour moi, le week-end suivant... Ne me reste plus qu'à prendre mon mal en patience, ignorer la présence d'Olivier Norek à Châteauroux tout comme celle de Sire Cédric à Hyères en m'exfiltrant le plus possible des réseaux sociaux tout le week-end durant... Après tout, j'ai de quoi faire !
Je n'entends donc pas me laisser abattre aussi facilement... Et c'est tellement plus facile en votre charmante compagnie de remonter la pente mes chers amis ! Car les Salons ont aussi ceci de magique qu'ils me permettent de vous rencontrer, vous aussi ! Parce qu'il n'y a pas que les auteurs qui nous rendent la vie plus belle, il y a ces fabuleux échanges avec vous autres mordus, passionnés et autres accros du bouquin qui m'émerveillent !
Mais si j'adore tous les Salons, grands ou petits, renommés ou inconnus, proches ou lointains, j'éprouve une affection toute particulière pour ceux du Nord... Quiconque est passé par Noeux les Mines, Lens ou Bondues comprendra sans doute de quoi je parle... Il y règne en effet une ambiance que je n'ai retrouvée nulle part ailleurs, une sorte de bienveillance générale, de franche camaraderie, de bonne entente et de grande complicité, comme si tout le monde se connaissait, se reconnaissait et avait hâte de se retrouver... J'y ai ainsi fait de magnifiques rencontres, parmi lesquelles Elodie et Sébastien, Bénédicte, Sylvain, Emilie... Et puis il y a Clémence...
En effet, il n'a fallu qu'un très bref échange à Bondues pour que le courant passe immédiatement entre Clémence et moi... A peine quelques années de différence et de nombreux points communs, au premier rang desquels, bien sûr : la lecture ! En folles mordues que nous sommes, nous n'avons pas hésité à papoter bouquins, à s'échanger nos plus grands coups de coeur, à partager nos plus belles découvertes... Tant et si bien qu'on se connaît à peine mais déjà si bien !
Aussi me suis-je profondément attachée à cette sympathique demoiselle que je me faisais un plaisir de retrouver le 02 juin prochain à Douai... Bon, le Salon est décalé, nos retrouvailles reportées... Mais rien n'est perdu ! En attendant il me fallait vous présenter cette lectrice de haut vol à la tête d'une chouette page Facebook, cette chroniqueuse chic et choc dont l'évident talent a été logiquement repéré par l'équipe du site ZoneLivre... Là voilà fin prête pour partager ses dernières lectures... Mais aussi pour nous glisser ses petites confidences littéraires ! Car cet adorable bout de femme n'a pas hésité à se prêter au jeu de mes petites questions indiscrètes quand je le lui ai demandé, et j'en profite d'ailleurs pour chaleureusement l'en remercier !
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse à présent découvrir ses réponses... Bonne lecture ! 



Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Clémence : 26 ans, infirmière de métier et passionnée de lecture... Je suis une personne attachante, très gentille et qui adore rire ! :)
 
Petite ou grosse lectrice ? Quelle place tient la lecture dans ta vie ?
Je suis plutôt une grande lectrice, je lis deux à trois livres par semaine, selon la taille et surtout le ressenti... Je peux lire un livre de 1000 pages en deux jours parce que je l'adore, comme mettre presque une semaine à en lire un autre beaucoup moins gros qui ne me plait pas plus que ça...
Par contre, j’ai une obsession : finir ce que j’ai commencé ! Donc, même si le livre ne me plait pas, je me dois de le finir pour savoir de quoi je parle dans les chroniques.
La place des livres dans ma vie ? Juste extrêmement importante, c’est une priorité, pour que je me sente bien, et surtout moi-même...
J’ai des souvenirs d’enfance où ma maman nous emmenait chercher des livres pour le départ annuel en vacances... C’était un réel moment de plaisir, que j’attendais toute l’année, presque autant que Noël... Je lisais un peu de tout, je n’avais pas de goûts arrêtés... Et puis j’ai découvert la saga "Harry Potter" de J.K. Rowling, et là le goût pour la lecture, et surtout pour les grooooooos pavés, s’est amplifié.
Puis une collègue chère à mes yeux a voulu que je lise deux livres à tout prix, et là révélation : je suis devenue accroc aux polars et thrillers ! Les livres en question ? "Le tueur intime" et "Le tueur de l'ombre" de Claire Favan... Depuis j’ai mon petit cercle d’amis aussi fana que moi et nous faisons les salons du Nord et de Belgique à la recherche de nouvelles pépites... J’organise au maximum mes séjours en fonction de salon ou de séances de dédicaces individuelles !
 
Y a-t-il un livre/auteur qui t’a poussée à chroniquer tes lectures ? A ouvrir ta page Facebook ? A intégrer l’équipe ZoneLivre ? Quels ont été tes déclics ?
J’ai d'abord commencé à écrire mes chroniques sur ma page car je ressentais le besoin de m’exprimer sur ce que je lisais... Et puis si ça pouvait servir à d’autres passionnés et leur donner envie de lire, c’était parfait... Ensuite j’ai fait la connaissance d’auteurs autoédités, et j’ai ressenti le besoin de partager leur talent pour les faire connaître au maximum...
L'aventure "Zonelivre" est tombée au bon moment : grâce à eux je peux lire et leur faire des retours... Vivre de sa passion c’est juste le bonheur. Zonelivre me permet de découvrir de nouveaux auteurs que je n’aurais pas forcément lus sans eux. De plus, ayant été en arrêt pendant de longs mois suite à un accident, la lecture est devenue mon moteur...
 
Quel a été ton premier coup de coeur littéraire ? Et le dernier ?
Mon premier coup de cœur littéraire, ce sont les deux premiers tomes de Claire Favan dont j'ai parlé un peu plus haut... Une révélation vraiment ! Ce sont les premiers livres qui m'ont hantée pendant plusieurs jours et plusieurs nuits....
Le dernier est d’un tout autre genre, il s’agit de "1974" d’Arnaud Codeville... Moi qui n'avais plus lu de fantastique depuis longtemps, j’avoue m’être régalée, et ce côté horrifique... Quel bonheur !
Mais dans mes coups de coeur, il y a bien sûr Eric Dupuis et ses polars du Nord aussi ! ^^ 

Quel est ton livre de chevet ? Celui qui te résiste ? Et ta lecture en cours ?
Mon livre de chevet, c'est une quadrilogie, celle de Gilles Caillot... Ils sont là, à côté de moi, et n’attendent qu’à être dévorés...
Je n’ai malheureusement jamais réussi à finir "Un sac" de Solène Bakowski, car le style ne me plaisait pas du tout... Mais je ne m’avoue pas vaincue : je le finirai, c’est promis et je reviendrai sûrement lire une autre de ses œuvres...
Ma lecture actuelle, c'est la Trilogie du mal de Maxime Chattam... Je ne dirai rien, c’est en cours... Et la suivante sera de Gilles Debouverie ! :)
 
Existe-t-il, selon toi, une recette idéale pour écrire un bon polar ? Si oui, laquelle ?
Pour moi, pas de recette magique... Si je m’identifie aux personnages ou si je ressens de l’affection, pour les bons comme les mauvais personnages : c’est gagné. Oui, j’ai ce côté un peu psy à essayer de trouver du bien en chaque personne et à essayer de comprendre leurs actes...
 
Si tu devais comparer ta vie à un roman, lequel serait-ce ?
Je n’ai pas la prétention de comparer ma vie à une œuvre, mais disons que "Toutes blessent, la dernière tue", le dernier de Karine Giebel, me convient plutôt bien... Ma vie a été semée d’embuches, de difficultés, de pierres trouvées sur le chemin... J'ai parfois choisi d’en faire un mur et de tout abandonner, puis j’ai relevé la tête et j'ai décidé d’en faire un pont... Chaque événement, bon ou mauvais dans nos vies, est un message qui, forcément, nous servira un jour... Comme Tama qui a trouvé le bonheur dans sa vie si insignifiante au départ...
 
Quel personnage de roman aurais-tu adoré rencontrer ?
Je rêverais de rencontrer Victor Coste, le Capitaine d'Olivier Norek, une envie de le chouchouter, de connaître cette personne au grand cœur... Victor, si tu m’entends...!!!
 
Y a-t-il une sortie littéraire que tu attends avec impatience ?
Non... Il y en a plusieurs ! J’attends chaque sortie avec impatience, alors pour synthétiser :
- "Le manuscrit inachevé" de Franck Thilliez, en mai...
- Le troisième bébé d'Arnaud Codeville, mais je ne sais pas quand...
- Le troisième opus d'Eric Dupuis, en mai également !
Un petit mot pour la fin ?
Et bien je tenais à te remercier, Aurélie, pour l’intérêt que tu m’as porté. Ta demande m’a beaucoup touchée et je suis honorée d’y répondre favorablement ! Merci à ceux qui prendront le temps de lire ta petite interview... Et merci à l’équipe de chroniqueurs de Zonelivre, toujours présente ! ❤️ Et enfin d'énormes bisous à tous les copains mordus comme moi !!!
 
Et voici donc la lectrice qui se cache derrière cette admirable chroniqueuse dont la bonne volonté force le respect et la gentillesse pousse à l'attachement ! Je m'estime chanceuse d'avoir croisé sa route à l'occasion d'un de ces Salons dont je suis si friande, preuve s'il en est que la plus-value humaine est à jamais indéniable et essentielle ! Alors je la remercie, non seulement d'avoir relevé si volontiers ce petit défi littéraire, et ce en un temps record, mais aussi d'être entrée dans ma petite vie de blogueuse littéraire un peu délurée mais surtout passionnée, riche que je suis de ces échanges que nous avons régulièrement ! Il me tarde de la rencontrer de nouveau... D'ailleurs pour Douai, je n'ai pas encore dit mon dernier mot !
Alors à votre tour de rencontrer Clémence et ses chroniques si ce n'est pas encore fait ! Elle saura alourdir votre PAL de quelques sites supplémentaires via sa page Facebook "Les Lectures de ClémenceICI, mais aussi sur le site ZoneLivre avec l'une de ses chroniques par LA !

mercredi 18 avril 2018

Classique-moi... Si tu peux ! \ Les Fables de La Fontaine...


Mes chers amis, tâchons pour l'heure de ne pas laisser notre mauvaise humeur gâcher une journée à potentiel de nullité déjà bien élevé ! Une journée qui ne s'annonce pas facile en effet, pour une semaine à l'issue de laquelle je n'aurai même pas le bonheur de me ruiner en toute impunité au coeur d'un Salon littéraire... Non pas qu'il vienne à manquer durant le week-end puisqu'il y a notamment ceux de Châteauroux et de Hyères... Seulement mon compte en banque ne se réapprovisionne pas tout seul, et la lectrice passionnée que je suis se voit contrainte forcée d'une petite pause de temps en temps, c'est ainsi...
Alors non, ne laissons pas ces nuages assombrir notre horizon brillant d'un resplendissant soleil ! La vie est belle, et si tel n'est pas le cas, il faut se forcer à la rendre comme tel, pour ne jamais rien regretter ! Alors on garde le sourire, toujours et on avance, toujours... Et on trouve de quoi se réjouir : Toujours !
Et c'est toujours plus facile quand il s'agit d'un mercredi, le jour J pour vous parler lecture de 1001 façons différentes en compagnie de mes mordus de lecture que sont Laura, Franck et Roseline ! A chacun son coup de coeur, à chacun sa spécialité, ceux-ci m'envoient des messages à tour de rôle, me permettant ainsi de rédiger un article à votre attention et d'alimenter ainsi leurs rubriques respectives ! Et ce jour, c'est le tour de ma chère Maman Roseline, laquelle s'apprête à vous parler d'une de ses fameuses lectures classiques... Vous savez, de celles qui ont pu pourrir notre jeunesse et notre scolarité... Taratata, je ne vous laisserai pas partir si vite mes petits chéris ! Moi aussi je me suis retrouvée à la même place que vous, je sais que les classiques n'ont pas bonne réputation... Ce qui, avec un tant soit peu de recul, n'est absolument pas mérité, car ils n'ont rien demandé pour se voir imposés dans notre cartable au collège ou au lycée... Alors on leur laisse une chance et on lit ce que souhaite nous dire Roseline à leur sujet ! En grande adepte du classique, elle a répondu présent lorsque je lui ai exposé mon idée de vouloir dépoussiérer lesdits objets couverts d'infamie ! Seulement ma mère ne manque pas d'idées : Pourquoi se contenter des romans lorsqu'on a tant à découvrir au fin fond de notre grenier ! Aussi ai-je le plaisir de présenter avec elle l'œuvre d'un grand poète, sans doute l'un des plus grands et les plus appris durant notre parcours scolaire : Les Fables de Jean de la Fontaine...
 
 
Bon... De quoi ça parle ?
Non mais sérieusement... Qui ne connaît pas les Fables de La Fontaine ? Est-il vraiment nécessaire de présenter ces textes qui ont bercé l'enfance de tout un chacun ? Une fois n'est pas coutume, je trouve la présentation qu'en fait les éditions Livre de Poche particulièrement chouette, au point que je vous en laisse ici découvrir la teneur dans toute sa splendeur plutôt que de la dénaturer à vouloir la résumer...
"Les Fables occupent une place singulière dans notre mémoire : par le souvenir que nous gardons de ces poèmes devant lesquels nous sommes restés enfants, mais aussi par la grâce de tant de vers devenus proverbiaux  et que notre parole quotidienne fait renaître. Et tout  se passe comme si une correspondance secrète se maintenait de siècle en siècle entre ces Fables et l'identité de notre pays comme de notre langue.
Le premier recueil paraît en 1668, et le second dix ans plus tard. Le succès est immense et les poèmes, alors, appartiennent pleinement à leur temps : la France du règne de Louis XIV. Mais le mystère de leur pouvoir est de s'émanciper très vite de cet environnement immédiat, d'éclairer nos réalités successives, d'allier de manière toujours éclatante le particulier et l'universel. Dans cette «comédie à cent actes divers, / Et dont la scène est  l'Univers», le texte se dérobe à toute signification définitive. Mais La Fontaine, à chaque page, nous convainc que la poésie, à ses yeux, demeure instrument de connaissance : il existe une beauté du savoir - et nous ne cessons pas de la retrouver en lui."
 

 
Et... Qui les a écrites ?
Et bien les Fables de la Fontaine sont l'œuvre de... Jean de la Fontaine ! Là je vous épate, n'est-ce pas ? Plus sérieusement Jean de la Fontaine est né le 08 juillet 1621 à Château Thierry, dans l'Aisne (autrement dit dans ma région). Illustre poète français pour ses Fables, il est également à l'origine de contes, de pièces de théâtre, de livres d'opéra et autres poèmes divers. Resté à l'écart de la Cour Royale, il n'en reste pas moins un proche de Nicolas Fouquet et côtoie différents Salons. Reçu à l'Académie Française en 1684, il prendra parti pour les Anciens dans la célèbre Querelle des Anciens et des Modernes (Allez, un petit effort, on étudie ça au lycée...!) pour s'être lui-même inspiré de fabulistes de l'Antiquité tels qu'Esope. Il insufflera à chacune de ses Fables un aspect moraliste qui conduira à la célébrité puis la postérité de l'œuvre après la mort de son auteur le 13 avril 1695 à Paris.
 
 

Ok... Et pourquoi le (re)lire ?
Avouez que ça ne vous dérangerait pas tant que ça, finalement ? Les Fables de la Fontaine, on les connaît tous, chacun d'entre nous en a au moins appris une pour la réciter bien sagement devant son maître d'école durant sa scolarité primaire, et ses vers, étrangement, nous sont restés en tête... 
Pour ma part, je me souviens avoir appris "Le Loup et l'Agneau" et "Le Corbeau et le Renard", mais aussi "Le Lièvre et la Tortue" et "La Cigale et la Fourmi" ou encore "Le Chêne et le Roseau" et "La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf", des Fables cultissimes dont les vers sont encore gravés dans ma mémoire... Ma mère aussi se souvient des deux premières, apprises à l'école et parmi ses préférées à ce jour encore...
Les Fables de La Fontaine font tellement partie de mon histoire que j'ai encore ce magnifique livre relié qu'on m'a offert, regroupant toutes les Fables illustrées par Gustave Doré... Le bouquin est monstrueux mais magnifique, qu'on se le dise... La Fontaine m'a également valu un 20 en classe de 4ème pour un devoir de Français... Aussi je l'apprécie, voyez-vous...
Il ne s'agit pas de moi cependant, mais de ma chère Maman Roseline qui, elle aussi, adore les Fables de la Fontaine. Car au-delà de cette nostalgie qu'elle nous procure, les Fables constitue bien plutôt une œuvre intemporelle et éternelle, encore riche d'enseignements de nos jours, tant elles nous offrent un regard moralisateur mais aussi plein d'humour sur la société... Celle de l'époque bien sûr... Mais la nôtre aussi, à n'en point douter, jetant un regard bienveillant mais aussi mordant sur la nature humaine et ses curieux défauts...
 
 
Alors ce classique... On se le lit ?
Mais bien sûr qu'on le lit et le relit, et plutôt deux fois qu'une ! C'est une œuvre peu commune que ma mère a choisi aujourd'hui, et pourtant c'est une œuvre appréciée et présente dans tous les cœurs et les esprits... Je vous invite à vous replonger dans l'une d'elle, rien que pour le plaisir... C'est très court, alors relisez donc vos préférées, juste pour faire remonter à vous bien des souvenirs... Et d'autres choses encore... Si les éditions que je vous ai présentées vous paraissent trop chères, sachez que les Fables sont aussi disponibles à titre gratuit en version numérique ICI... Alors n'hésitez plus et retrouvez donc ces petites morales qui vous sont chères...
 
 

"- Attaché? dit le loup : vous ne courez donc pas
 Où vous voulez ? - Pas toujours; mais qu'importe ?
- Il importe si bien, que de tous vos repas
 Je ne veux en aucune sorte,
 Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.
 Cela dit, maître loup s'enfuit, et court encor."
Le Loup et le Chien
 

samedi 14 avril 2018

BookHaul spécial Quai du Polar...

https://youtu.be/-wbGQIPwRqs

Livres et vous ? Livrez-vous... Avec l'auteure Laure Manel !


Instant nostalgie bonjour... Mes chers amis, vous rappelez-vous de la Trilogie du Samedi ? C'était l'un de ces petits rendez-vous télé que je n'aurais manqué pour rien au monde, du temps où le petit écran me tenait encore compagnie... Ca passait sur M6, je me souviens qu'alors j'étais une fan absolue de Buffy contre les Vampires... Je regardais aussi Charmed, Dark Angel, les 4400, Prison Break ou encore Roswell et puis Smallville ("Somebody saaaaaaaaaaved meeeeeeeeee...")... C'était la belle époque, celle de la jeunesse et de l'insouciance... Seulement cette période, je ne l'ai pas vraiment quittée, je n'ai pas voulu et je m'y suis accrochée... Car le bon temps se doit de n'être jamais fini, aussi ai-je décidé de me créer ma propre Trilogie du Samedi... Mais une Trilogie 100% livresque cette fois-ci : Salon, Vidéo, Interview... Elle est pas belle, la vie ?
C'est donc en direct live du Printemps du Livre de Montaigu que je vous retrouve aujourd'hui, après vous avoir livré ma dernière vidéo concernant les Quais du Polar auxquels je me suis rendue le week-end dernier, pour vous livrer à présent ma toute dernière interview... Car vous êtes au courant désormais, j'adore partir à la rencontre de ces auteurs et autres acteurs de la scène littéraire, ceci afin de découvrir leurs lectures et le lecteur qui sommeille en chacun d'eux...
Cette semaine ne fera pas exception à la règle et c'est avec plaisir que j'accueille sur mon blog aujourd'hui la charmante Laure Manel ! Si je crois bien disposer de l'intégralité de ses écrits dans ma tablette, je n'en ai finalement lu que deux à ce jour, et c'est d'ailleurs avec "La délicatesse du homard" que j'ai initié ma découverte... Il n'était pas encore édité chez Michel Lafon, et arborait alors fièrement un nounours pour attirer l'attention... Un livre que j'ai beaucoup apprécié, aussi c'est avec grand plaisir que j'ai renouvelé l'expérience en me plongeant dans la lecture de son dernier roman, "La mélancolie du kangourou" tout juste paru au format numérique avant d'être disponible dans toutes les bonnes librairies à compter du 03 mai prochain...
Si l'idée me trottait dans la tête depuis un moment, je n'ai pas eu le temps d'en échanger avec elle à Livre Paris, alors j'ai saisi l'occasion de cette nouvelle parution pour passer à l'action et c'est avec un immense bonheur que je voyais Laure Manel accepter ma folle proposition et se soumettre bien volontiers au jeu de mes petites questions indiscrètes, ceci avec autant d'enthousiasme que de sincérité, le tout en un temps record s'il vous plaît ! Je ne vous cache pas mon plaisir de vous la présenter différemment, et je lui suis extrêmement reconnaissante de m'accorder pareille opportunité !
Trêve de bavardages, je ne vous fais pas languir plus longtemps et vous laisse à présent découvrir ses réponses... Bonne lecture !  
Peux-tu te présenter en quelques mots ?
"Jeune" auteure hybride, ayant commencé par l’autoédition en 2015 et à présent publiée chez Michel Lafon, j’ai publié quatre romans : "Histoire d’@", "L’embarras du choix", "La délicatesse du homard" et "La mélancolie du kangourou", un recueil de nouvelles intitulé "La (toute) dernière fois" et un mini-roman jeunesse illustré, "La vie en Rose".
Quand je ne suis pas Laure Manel, je suis professeure des écoles et maman d’un garçon de bientôt 13 ans...
Petite ou grosse lectrice ? Quelle place tient la lecture dans ta vie ?
Actuellement, et malheureusement, "petite lectrice" : je n’arrive pas à tout faire, et je m’endors le soir la plupart du temps sans avoir touché un livre… Je lis donc (comme j’écris) par phases, à cause d’un emploi du temps trop chargé. Je me rattrape pendant les vacances (et encore… Si je n’écris pas intensivement).
La lecture a normalement une grande place dans ma vie, et depuis toujours (j’ai suivi un cursus littéraire, ce qui y a contribué). Si tout va bien, dans quelques mois, je vais pouvoir lire quotidiennement et enfin dévorer une partie de ma PAL qui grossit toujours un peu plus (et pourtant je me freine).
Quel a été ton premier coup de cœur littéraire ? Et le dernier ?
Si je fais abstraction de celui de mon enfance, je dirais "Le lys dans la vallée" de Balzac… Et la poésie.
Pour le dernier, c’est plus difficile… J’aime lire des livres très différents, auxquels je trouve souvent des (grandes) qualités, mais je ne saurais en mettre un au-dessus de la pile... Et ce ne serait pas juste pour les autres.
Y a-t-il un livre/auteur qui t’a poussée à écrire ? Quel a été ton déclic ?
J’ai eu envie d’écrire (en tout cas assez sérieusement pour dire à ma mère que je voulais devenir écrivain) à 10 ans, et je n’ai pas le souvenir que cela ait été lié à un auteur ou à un livre en particulier. J’aimais déjà écrire, tout simplement.
Par contre, quand après 15 ans sans écrire de fiction, l’écriture est revenue dans ma vie, j’ai eu un déclic en lisant un roman épistolaire écrit à base de mails. J’ai trouvé ça sympa, et j’en ai écrit un, "pour m’amuser"… C’est le premier que j’ai autoédité quelques années plus tard...
Quel livre aurais-tu rêvé d’écrire ?
Je ne sais pas répondre à cette question. Je n’éprouve aucune "jalousie" littéraire : chacun ses livres, ses histoires, sa plume, chacun ses lecteurs (qu’on peut se partager, donc…).
Si tu devais comparer ta vie à un roman, lequel serait-ce ?
Aucune idée ! Mais je pourrais par contre dire que ma vie est un roman, tant j’ai vécu (et vis) beaucoup de choses…
Quel est ton titre de chevet ? Et celui qui cale ta bibliothèque ?
J’ai plusieurs livres en cours, dans lesquels j’avance très lentement… J’en ai souvent un en papier et un en numérique (toujours avec moi, donc), et là, je me suis récemment mise à l’audio !
Mes bibliothèques sont lourdement chargées, mais n’ont pas besoin de cale ;-). Les livres que je n’ai pas aimés, je ne les finis pas, je les oublie, mais je les garde souvent… Cependant, je n’ai pas l’habitude de juger négativement un livre publiquement, donc ne comptez pas sur moi pour avoir un nom ;-).
Que nous prépares-tu pour ton prochain roman ?
Ah ah ! Ce sera un roman différent des deux précédents… Toujours contemporain, "tranche de vie" mais pas feel-good... J’en profite pour glisser que, lorsque j’ai écrit le homard, j’étais loin de me douter qu’on le mettrait dans cette case...
Un petit mot pour la fin ?
MERCI me paraît pas mal.
Voici donc la lectrice qui se cache derrière cette auteure aussi humble que sympathique, dont la plume a su me ravir par deux fois déjà et dont il me tarde de découvrir le prochain roman ! En attendant, je vais bien sûr me trouver du temps pour me plonger dans ses premiers écrits qui patientent bien sagement dans ma tablette, et ce depuis trop longtemps à présent ! Je la remercie en tout cas d'avoir su relever ce petit défi littéraire avec cette pétillante gentillesse qui la caractérise, et ce alors même qu'elle est en pleine sortie de son roman et qu'elle doit sans doute avoir bien d'autres choses à faire !
Je vous rappelle que "La mélancolie du kangourou" paraît bientôt aux éditions Michel Lafon et sera donc disponible au format papier dans toutes les bonnes librairies à compter du 03 mai... Dans l'attente, l'intégralité de sa bibliographie, y compris celui-ci, vous attend également sur liseuse au format numérique ! Et si d'aventures, vous souhaitiez quelques informations au sujet de ses écrits, je vous invite à consulter mes chroniques la concernant par ici :

Chroniques 2018 \ La mélancolie du kangourou de Laure Manel


Une véritable étincelle d'émotions : "La mélancolie du kangourou" de Laure Manel.
 
Le pitch : Antoine voit le plus beau jour de sa vie se transformer en cauchemar lorsqu'il devient père, lorsqu'il devient veuf. Lui qui rêvait de fonder une famille avec la femme de sa vie, le voilà contraint et forcé de composer avec un bébé dont il n'entend rien connaître. Il ne pense qu'à celle qui faisait de lui un homme comblé au détriment de celle qui pourrait faire de lui un père heureux... Il ne pense qu'à celle qui est partie en oubliant celle qui est restée. Embauchée pour prendre soin du bébé, l'arrivée de Rose va-t-elle permettre à Antoine d'ouvrir son coeur et ses yeux à cette petite Lou qui vient d'entrer dans le champ de ruines qu'est sa vie ?
 
Si je n'avais lu qu'un seul roman de Laure Manel jusqu'ici, je savais pertinemment qu'il ne serait pas le dernier tant "La délicatesse du homard" m'avait plu. Le temps a passé, le temps m'a manqué et le temps a filé tant et si bien que Laure Manel publie aujourd'hui un nouveau roman sans que ma plongée dans sa bibliographie n'ait fait une quelconque avancée. Alors une occasion comme celle-ci, il ne me fallait pas la louper...
 
L'auteure craignait pourtant que le récit ne me plaise pas... Comment a-t-elle seulement pu imaginer une chose pareille...? Elle qui nous emporte et nous transporte dès les premières pages, nous conduisant dans les coulisses d'un drame qui nous ravage le coeur et nous mouille les yeux. Et pourtant l'histoire que s'apprête à nous livrer l'auteure n'a rien de déprimant, elle est au contraire pleine de vie, pleine d'amour et d'espoir. Elle nous enseigne que la vie n'est pas un long fleuve tranquille mais bien plutôt un parcours d'obstacles pour lequel il faut s'armer de courage au quotidien et surmonter les épreuves. Y parvenir, c'est se relever. Les accepter, c'est avancer. Et dans les moments les plus sombres, un petit coup de main n'est pas de refus.
Et ce petit coup de main est ici apporté par Rose. Véritable bulle d'oxygène et de bonheur venue à la rescousse d'un Antoine à la dérive et d'une petite Lou, naufragée de la vie à peine débarquée dans celle-ci, elle va venir compléter ce trio auquel on s'attache sans retenue. Véritables vecteurs de valeurs et d'émotions, on se plait de suite à suivre leur convalescence, leurs efforts, leurs progrès et leur évolution sur le chemin de la vie. Si on perçoit la douleur immense que ressent Antoine, si on comprend son positionnement et sa réserve envers sa petite Lou, on ne peut l'accepter car la malheureuse a perdu sa mère, elle aussi, elle ne connaîtra jamais le bonheur de la connaître comme il a pu la connaître, et elle n'a rien demandé, elle n'a pas voulu ce qui est arrivé. Elle n'a plus de mère, aussi a-t-elle besoin de son père plus que jamais. Alors on se cramponne et on croise les doigts pour que le feu prenne et nous entraîne dans sa course au bonheur.
Servi par une plume d'une redoutable douceur, d'une incroyable beauté, un style aussi fluide que soigné, ce récit n'en est que plus touchant, plus prenant, plus poignant, impossible à lâcher avant d'en avoir terminé... A regret, désolé de devoir quitter ces personnages qui ont marqué notre coeur à jamais...
 
En bref, une histoire bouleversante, pleine de douceur et d'émotions... A découvrir sans délai !
 

vendredi 13 avril 2018

Petit concours surprise, spécial "Printemps du Livre de Montaigu" !




Et si vous aviez la chance de partir avec moi au Printemps du Livre de Montaigu... Qui aimeriez-vous rencontrer ? Quel livre aimeriez-vous recevoir dédicacé ?

Et bien vous savez quoi ? La maison ne reculant devant aucun sacrifice pour vous faire plaisir, votre humble blogueuse est prête à braver toutes les files d'attente pour vous l'offrir, ce livre dédicacé ! Quoi ? Oui ? Oui, ça s'appelle un petit concours surprise en effet !  
 
Trêve de bavardage, les règles du jeu sont simples :
 Sur Twitter :
Faire partie de mes abonnés
- Aimer et retweeter le Tweet épinglé sur ma page pour le concours
- Laisser le livre de vos rêves en commentaire sous le Tweet
Sur Facebook :
- Faire partie de mes abonnés
- Aimer et partager le post du concours
- Laisser le livre de vos rêves en commentaire sous le post
Sur Instagram :
- Faire partie de mes abonnés
- Aimer la photo du concours
- Laisser le livre de vos rêves en commentaire sous la photo
Sur le blog :
- Laisser le livre de vos rêves en commentaire directement sous cet article
N’hésitez pas à multiplier vos chances en jouant sur chacun de ces réseaux !
Clôture du jeu demain, Samedi 14 avril à 12h00 ! L'heureux élu sera contacté dans la foulée et aura le plaisir de recevoir son livre dédicacé dans les jours suivants !
La liste des auteurs présents se trouve ICI... À présent c'est à vous de jouer ! Puisse le sort vous être favorable... Ou, plus simplement : bonne chance à tous !

mercredi 11 avril 2018

Bouquinist Park \ Du côté de chez Franck : Les larmes noires sur la terre de Sandrine Collette


Mes chers amis je ne vous cacherai pas que je traverse une semaine difficile... Il y a des périodes comme ça où tout part à vau-l'eau, et je deviens alors le phare pris au piège de ma propre tempête... Solidement campée sur mes bases, je ne bouge pas d'un iota en dépit des violentes vagues qui m'aspergent et me submergent de temps à autre... Et tandis que le tonnerre gronde, la foudre menace et l'orage éclate, je ne bouge pas, j'attends que ça passe... Car ça passe toujours... Après la pluie vient le beau temps, et bien que trempé on finit toujours par sécher... Ainsi va la vie, n'est-il pas vrai ?
Alors on continue, et on avance... On avance mais pas tout seul, on avance en compagnie de trois de mes proches mordus que sont Laura, Franck et Roseline qu'il n'est plus nécessaire de vous présenter... Car on les rencontre à tour de rôle, chacun pour la rubrique que je leur ai attribuée ou bien comme aujourd'hui pour un Bouquinist Park, folle petite rubrique initiée depuis de nombreux mois déjà, pour laquelle je me fais la plume de ces trois-là pour vous parler de leurs dernières lectures, de leurs récents coups de coeur... Que ne ferait-on pas pour alourdir une PAL de quelques titres supplémentaires, n'est-ce pas ?
Après Laura et Roseline, c'est donc Franck qu'on retrouve aujourd'hui, pour un livre que je n'ai pas (encore) lu mais dont l'auteure m'est tout à fait familière... Pour un titre qu'il a pu découvrir dans le cadre des sélections Polar du Prix des lecteurs des éditions Livre de Poche... Mes amis il est donc temps de vous parler du roman "Les larmes noires sur la terre" de Sandrine Collette, paru aux éditions Denoël et désormais disponible au format poche chez Livre de Poche.


Ce que dit la 4ème de couverture...
"Moe, 26 ans, hagarde, épuisée, son nourrisson dans les bras, est amenée de force dans un centre d'accueil pour déshérités, surnommé « la Casse ». La Casse, c'est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit.
Au milieu de l'effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s'épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont les adopter elle et son fils. Leur force, c'est leur cohésion, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s'en sortir. Mais à quel prix ?"

Franck a aimé... Oui, mais pourquoi ?
Parce qu'il s'agit là d'une histoire bouleversante, mais aussi d'une grande noirceur. Pour avoir déjà lu quelques-uns de ses titres, l'auteure est désormais connue pour passer d'un univers à l'autre avec une aisance hors du commun, nous entraînant toujours à sa suite sans la moindre difficulté... Celui-ci ne fera pas exception à la règle selon Franck qui s'est laissé embarquer dans une sorte de future chaotique presque dystopique, au coeur d'une casse automobile pas comme les autres puisqu'elle accueille tous les rejetés de la société en leur offrant le gîte dans les carcasses de voiture. C'est là que Franck a rencontré Moe et son nourrisson ainsi que cinq autres femmes qu'il a suivi tout au long de cette lecture particulièrement intense et prenante...
Si Franck fut impressionné par la maîtrise dont fait preuve l'auteure pour conduire son intrigue de main de maître d'un bout à l'autre du roman, tenant son lecteur en haleine tant il est soumis à un suspense palpable, il fut aussi conquis par cette plume percutante et les impressionnants portraits de femme qu'elle a su dresser.
Au final il s'agit là d'une histoire bien sombre, démontrant à quel point le monde peut un jour s'effondrer si on n'y prête pas attention....
 
Résumons-nous pour terminer...
Vous l'aurez sans doute compris, Franck a adoré ce thriller de haut vol, même s'il pense qu'un tel roman aura plus de résonnance chez un public féminin. Un récit qui prend aux tripes et ne manque pas de livrer une critique acerbe des conséquences qu'un capitalisme sauvage peut provoquer. Une lecture salutaire selon lui, en ce temps où la précarité, la misère sociale et la solidarité sont des sujets tout à fait d'actualité... Un livre qui marque les esprits de manière durable... Ne vous reste plus qu'à vous précipiter en librairie pour vous le procurer, le dévorer et partager avec nous votre avis...